logo collectif theatre

 

Notre lutte est dans sa quatrième année et nous venons de remporter la victoire qui nous permet d’espérer atteindre notre objectif. La Cour admnistrative d'appel de Bordeaux vient en effet d’annuler la délibération du conseil municipal décidant la vente partielle du théâtre et de condamner la Ville de Poitiers à verser à notre collectif la somme de 2000 euros.

Les raisons retenues par le tribunal ?  La ville n’a pas respecté la loi en proposant à son conseil municipal de vendre l’ancien théâtre de Poitiers. En particulier en ne demandant pas préalablement au ministère de la Culture l’autorisation de déclassement de la salle qui, selon l’ordonnance de 1945, doit précéder toute volonté de cession d’un lieu de spectacle. Le tribunal a constaté que cette autorisation n’a été obtenue que 5 mois après le vote du conseil municipal et que celle-ci, accordée contre l’avis de la commission de déclassement, ne l’a été qu’accompagnée des regrets de la ministre en poste à cette époque. Selon le tribunal, s’ils avaient été connus par les membres du conseil municipal, ces deux faits étaient de nature à pouvoir modifier leur décision de vote. Si l’on ajoute la deuxième raison retenue, l’insuffisance de l’information donnée à ces mêmes conseiller-es, c’est bien la décision même de vendre qui est remise en cause.

Pourtant le maire de Poitiers a d’ores et déjà fait savoir par voie de communiqué qu’il veut à nouveau porter son projet de vente devant le conseil municipal, et ce, dès le 9 décembre ! Sans essayer de nous entendre, en se moquant du message de la justice qui lui dit de reconsidérer sa décision : le jugement attire l’attention en effet sur le problème du déclassement, souligne qu’il est la clé du dossier. En ne demandant pas l’autorisation avant de faire voter sa majorité, il n’a pas répondu à celles et ceux qui voulaient savoir si ce théâtre avait encore sa place à Poitiers. En ne demandant cette autorisation qu’a postériori, il a mis la ministre devant le fait accompli, la conduisant d’ailleurs à ne pas suivre l’avis de la commission qui recommandait que cette autorisation ne soit pas donnée (8 voix contre 4). En ne faisant pas connaître l’argumentation de cette commission qui conclut la nécessité de garder à cette salle sa vocation de salle de spectacle il a laissé se construire le mensonge de son inutilité.

 

Afin d’appuyer notre demande d’abandon du projet de la mairie, nous vous proposons d’écrire au maire et à toutes et tous les membres du conseil municipal pour appuyer notre démarche dans vos propres termes ou plus simplement en utilisant le courrier type ci dessous :

modèle_de_lettre_au_maire_et_aux_conseillers_municipaux_de_Poitiers

 

12 (IMG_20716-Modifier)